Archives de
Étiquette : Que faire de sa vie

Découvrir le sens de la vie. Méthode classique 

Découvrir le sens de la vie. Méthode classique 

La question sur le sens de la vie est sans doute l’une des plus difficile à résoudre et également l’une des plus anciennes. On ne s’étonne jamais qu’il y a tant de réponses et de visions qui se contredisent, parfois s’affrontent même, mais courent vers le même objectif.

Le plus sidérant sur cette question et généralement toutes celles qui gênent la réflexion humains, c’est qu’entre temps, des gens simples et parfois d’une très modeste culture, achèvent ce dont les grandes écoles philosophiques décortiquent encore.

On peut dire, et sans crainte, que le sens de la vie n’est pas conditionné ni de savoir ni de lumière et qu’à priori, il réside quelque part dans le plus naturel et simple en nous. Mais comment l’achever ?

La premières étape qui peut nous aider à trouver le sens de la vie est la conscience de notre existence. On croit s’avoir d’où l’on vient.

On passe notre vie même à consolider cette conviction et ce n’est pas totalement inutile. Cependant, la conscience qui nous permets de distinguer ce sens c’est d’être conscient également de notre vécu. Notre entourage, nos passions et nos pentes, souvent sans recours à ce qui précède notre vie ou ce qui en advient après son épuisement. Le présent est peut être le propre de notre génie et sans doute l’apogée de notre bonheur si l’on devient conscient de cet instant présent.

sens-de-la-vie

Il faut entourer notre quotidien et y trouver ce qui nous tient à cœur. Il faut ensuite décupler ce qui nous comble et en faire notre priorité. En s’informant sur ce que nous admirons, on se retrouve dans l’étape qui suit.

Décrire notre personne est une étape d’une apparence douteuse, mais d’une importance non négligeable.
Il n’y a pas de mal, croyez moi bien, de prendre du recule et s’isoler avec même un bout de papier et un stylo en se demandant une multitude de questions que vous pouvez élaborer et développer puisque je ne donne qu’un exemple ici

Quelles sont mes passions ! mes désires ! Qu’est ce qui m’inspire le plus et qu’est ce que j’inspire aux autres dans ma vie ?

Il y aurait sans doute des questions plus personnelles que vous allez ajouter. Répondez le plus honnêtement possible et à quoi bon se mentir soi même !
Après avoir répondu à ces questions, vous avez une idée plus claire et une promesse que vous devez faire à vous même. Vous avez sous les yeux ce qui vous rend meilleur et ce qui vous remplit de joie. Profitez-en et faites-en votre ultime priorité car le reste est éphémère, quant au bonheur interne, il ne vieillira jamais en vous une fois éveillé.

Les prochains articles seront dédiés à d’autres méthodes.

Comment avoir du succès

Comment avoir du succès

Si l’on comptait les livres que l’on produise de nos jours sur  » Avoir du succès  » et ses secrets fugaces, on aurait imaginé que tout homme sur terre ne connût l’échec, et pourtant ce n’est pas le cas. Il est bien clair que de notre génération, nous avions établis un nivellement presque universel de ce qu’est le succès, le plaçant directement dans une vision étroite où seul l’argent et la débauche constituent le décors.

Cette optique, bien que fausse, elle peut motiver beaucoup d’entre nous, mais ceux qui réussissent véritablement ne s’attribuent pas ce piètre désir. Ils ont au fond d’eux quelque chose de plus grand, plus brûlant et surtout pressant.

Le premier pas à entreprendre, afin que le sentier vers le succès soit élargi, c’est de fouiller bien en nous pour en sortir notre véritable motivation, celle avec laquelle rien ne nous brisera et qui fera en sorte que chaque épreuve lors de notre quête soit une expérience enrichissante de notre aventure.

La clé du succès est avant tout l’ambition, et si elle est forte et souhaitée, le succès ne serait que question de temps. Cependant, l’ambition ne doit pas être le seul caractère d’un homme qui cherche à avoir du succès et il faut effectuer un changement du mental pour décrocher ce que nous sommes destinés à devenir, et voici une liste à ne pas négliger.

comment avoir du succès

Ce qui nous interdit d’avoir du succès.

1 Le premier ennemi et le plus dangereux aussi est la procrastination. C’est l’habitude de placer ses espérances et ses souhaits dans un demain lointain et continuer à l’imaginer sans ne rien faire. La vie, par son caractère attribué, s’épuise devant nous et l’on se retrouve face à la réalité. Ce demain devient flou et l’on sombre dans les regrets et les occasions que l’on a loupées.

Il faut donc, pour y insister, combattre la procrastination et prendre les choses en main, faire des pas en avant car lorsqu’on n’avance pas, on recule par rapport à ceux qui font du progrès.

2 La peur de l’échec vient ensuite pour nous accabler et on devient de vrais artistes des tragédies. On se donne, si ce n’est des miller, des centaines de raisons de notre échec. On commence à se comparer et on imagine que ceux qui ont parvenu au bout de leurs rêves ont quelque chose de différent.

Ils ont cru eux. Voici la réponse à cette idée qui ne manque à personne. Ils ont fait, contrairement à beaucoup d’autres, une approche différente de leur souhait et croyez moi, il n’y a pas une mauvaise approche de se distinguer, il suffit d’y croire et l’entamer.

3 Même si votre motivation est brillante, il se peut qu’elle s’affaiblisse avec le temps. Pour empêcher que cela ne produise, il faut être honnête avec soi même, arrêter d’espérer, transpercer, les gens ne lisent pas vos pensées et il faut oser demander, solliciter de l’aide s’il est nécessaire, agissez pour ainsi dire, et mettez vous en marche.

Conclusion

Il n’y a ni de la magie ni de subterfuge pour achever le succès que l’on espère. Il y a beaucoup de travail, des nuits de recherches et d’apprentissage, de l’expérience. Il faut être prêt pour sacrifier beaucoup de choses, notamment le temps, beaucoup même et parfois de l’argent. Si vous ne marchez pas vers le succès, votre vie sera sans doute insatisfaisante et vous allez passer le reste de votre vie à le regretter. Soyez différent et agissez ainsi, vous méritez mieux et vous allez le faire, ayez confiance en vous, c’est la véritable clé de la réussite.

Comment sauver mon couple

Comment sauver mon couple

Comment sauver mon couple est une question qui finit par s’imposer un jour ou un autre dans toute relation. Peu importe le degré d’amour qui lie les deux partenaires dans une relation, la routine et les engagements finissent toujours par prendre la main sur le courant de la relation. Il n’est jamais tard de sauver son couple et même parfois on peut empêcher que cela arrive si l’on est sensible aux signes qui se présentent.

Une relation est pratiquement une plante qui périt si l’on y consacre pas le temps, la température nécessaire sans oublier de l’arroser d’une manière constante. L’avantage que la relation ait sur la plante c’est qu’elle peut endurer plus et même ressusciter après les épreuves les plus difficiles.

Comme je l’ai mentionné tout à l’heur, les signes de la dégradation d’une relation se présentent à nous d’une manière claire est nous pouvons choisir de les négliger par peur ou par indifférence, ou les affronter et les vaincre.

Parmi les signes les plus répandus, nous avons sans doute la communication. On peut facilement remarquer que nous communiquons d’une manière plus abrupte et crue. On s’entend dire par exemple, passe moi la télécommande, une phrase qui était auparavant comblée, genre : Chéri(e), peux tu me passer la télécommande s’il te plait ?

comment sauver mon couple 1

Un autre signe est l’absence presque permanente de sentiment au sein de la relation. Un atmosphère nouveau s’installe et nous remarquons tôt ou tard un vide, les yeux qui ne brillent plus de cette étincelle, un regard toujours forcé à se perdre dans la télévision ou dans le téléphone plutôt que sur l’être que nous aimons et que nous sommes supposés apprécier et de vivre avec.

Un autre exemple de ces signes, le dernier pour ne pas tarder sur cette première partie, est souvent le sex. Bien que c’est la façon où l’amour que l’on porte se manifeste le mieux, l’acte devient machinal ou presque. Les mêmes gestes, les mêmes préliminaires et drôlement la même durée.

Ce sont là des signes à ne jamais négliger. Bien qu’il existe des couples qui vivent avec ces indices et continuent à le faire, il faut savoir que ce n’est jamais une relation à envier.

Alors ! Comment sauver mon couple ?

Si les signes présents sur cet article existent dans votre couple, il vaut mieux être armé de patience et de détermination pour arriver à le sauver. Vous devez lors de cette tentative changer beaucoup de chose dans votre couple et c’est pourquoi la communication est la clé de la réussite. Il faut aborder ouvertement la situation et être certain que votre partenaire porte la même motivation et souhaite faire de son mieux pour sauver le couple.

La première partie consiste à cerner ce qui a déclenché cette dégradation de la relation. Il ne faut pas s’attarder sur le détails ou bien se blâmer l’un l’autre. Bien au contraire, ce changement implique le pardon et la compréhension mutuelle. En déterminant le problème, vous saurez ce qu’il doit être rectifier et éviter dans la relation. L’honnêteté est un pilier incontournable et indispensable même pour la réussite de tout engagement, et vous devez vous engagez à le devenir tous les deux pour que votre relation avance.

comment sauver mon couple 2

Combattre la routine

La routine est le pire ennemi de toute relation car il finit toujours par voler la joie et nous sombre dans une vie plutôt machinale. Il faut la combattre à tout prix car c’est votre éternel ennemi.

Valoriser la relation

Il faut être conscient que ce qu’on déploie dans notre vie de couple, on le récolte à coup sûr. Tâchez de vous engager encore plus, prenez l’initiative et allez de l’avant pour garder cette flamme toujours allumée.

Élargir la vision

Essayez de vivre de nouvelles expériences dans votre vie de couple. Surprenez votre partenaire et soyez une bonne personne à vivre avec. Essayez surtout d’organiser des projets en commun. Consacrez au moins une soirée spéciale par mois pour votre partenaire, sortez et découvrez ensemble de nouvelles choses, votre amour grandira en même temps.

Apprenez à vous excuser

Oui, apprenez à le faire. Dites-le quand il le faut et promettez d’être une meilleure personne ouverte au changement et à l’évolution.

Se reconnectez avec passion

La passion est l’oeuvre de l’amour, mais nous devons nous même la pousser davantage. Éteignez de temps à autre les mobiles ainsi que la télévision, parlez entre vous et racontez des souvenirs lointains, regardez vous dans les yeux le plus possible et surtout faite de l’amour et faites le souvent.

Je suis malheureuse dans ma relation

Je suis malheureuse dans ma relation

Je suis engagée depuis un temps et tout était bien agréable. Cependant, je suis malheureuse de plus en plus. Je sens que cette étincelle de la relation s’affaiblit jours après l’autre mais j’ignore quoi faire, comment y remédier.

Il est bien normal que les relations prennent généralement une autre tournure. Cela est naturellement dû au temps passer ensemble. On commence par exemple à se livrer à l’autre et nos caprices commencent à voir le jour, comme la sincérité de nos sentiments. Comme on l’a toujours dit, seul le temps prouve la véracité de l’amour.

je suis malheureuse

Pourquoi je suis malheureuse ?

Parfois, ce qui peut pousser une personne à se dire  » Je suis malheureuse dans ma relation » reste dissimulé, tellement ces actes nocifs à la relation se répètent qu’ils passent inaperçus mais qui brisent profondément la personne qui en souffre.

Le chagrin d’amour jaillit par cette incohérence entre la personne que l’on connaissait jadis, nos attentes de cette personne et entre ce qu’elle est vraiment, ou autrement dit, ce qu’elle devienne après l’engagement.

L’amour qui étouffe est généralement lié à l’absence d’osmose entre les deux côtés qui crée une inégalité au sein de la relation, d’une part la domination par exemple et d’autre la soumission.

Il y a quelques indices qui peuvent montrer que notre malheur dans la relation est fort justifié et que l’on est en aucun cas responsable.

Si le partenaire vous pousse à vous sentir dominé tout le temps, il faut revoir les bases instaurées de la relation. Tous les indices peuvent être évidents mais en même temps accentués pour passer inaperçus, voici quelques exemples.

Vous vous sentez critiqué tout le temps sauf que votre partenaire le fait avec un sourire jovial et amical, voire drôle même. Il dit quoi faire tout le temps avec une assurance masculine et charmante et son contrôle sur vous et sur la relation passe pour un caractère séduisant chez lui.

Sachez que si vous n’apercevez pas toutes ces habitudes d’une manière consciente, votre être n’en reste indifférent et en souffre. Une dégradation de votre propre estime commence à vous submerger et vous pouvez réellement devenir dominée et malheureuse si vous ne changez les règles de la relation.

je suis malheureuse dans la relation

Que dois je faire ?

Il faut avant tout prendre le temps de reconsidérer vos attentes de la relation. Est-ce une aventure ou un vrai engagement que vous souhaitez entreprendre. Si c’est simplement une aventure, vos efforts seront minimes, mais si vous êtes engagé, il doit y avoir des changements et comme je l’ai mentionné préalablement, une vérification des règles instaurées dans la relation.

Vous n’êtes pas obligé dans un premier temps de dévoiler directement le fait que vous êtes consciente de la tournure de la relation et que cela vous rend plus malheureuse. Songez par contre à mesurer le potentiel de votre partenaire et s’il est prêt à changer pour vous préserver et vous garder.
Initiez par exemple votre partenaire à faire la cuisine pour vous et faire part du petit ménage, dites lui qu’il ne vous a pas surpris depuis longtemps et surtout poussez le à vous parler de ses anciennes expériences sans trop de détails bien sûr.

S’il aborde ses anciennes relation ou du moins juste celle d’avant, vous allez décortiquer ses mots et comprendre vraiment son caractère et ce qu’il attendait de cette personne. Vous allez intelligemment comprendre s’il mène votre relation de la même manière que celle d’avant. Ce sont là des points trop essentiels.

Et puis ?

Vous êtes la seule personne responsable de votre propres bonheur et il serait injuste de le remettre entre les mains d’une autre personne. N’écoutez pas vos amies qui vous disent que c’est un bon coup ou même toutes ces raisons que vous vous dites pour justifier votre malheur qui finira en dépression.

Prenez le temps de considérer cette voix interne et votre intuition. Parlez ouvertement de votre état à votre partenaire s’il ne s’appète pas à changer de lui même. Arrêtez de vous dire je suis malheureuse sans ne rien faire, saisissez le bonheur, c’est votre droit.

Ma vie change

Ma vie change

Il est bien normal de se dire que ma vie change puisque la vie est par définition une continuité de changement que l’on subit ou que l’on effectue. Parfois on est maître du changement et on oriente avec détermination le courant de notre vie pour la parfaire. D’autres fois, on est là entrain d’observer notre vie entrain de se métamorphoser sans pouvoir y intervenir. Dans le premier cas comme dans le deuxième, la prise de vie en main est nécessaire pour continuer cette évolution ou pour changer la situation actuelle.

1: Qu’est ce que nous aimons le plus

Il faut dans un premier temps se poser cette question centrale et reconnaître ce qu’on aime le plus dans notre vie. Que ce soit en art, en exercice ou la ville préférée que l’on souhaite visiter, on doit simplement tout mettre sur papier.

Après avoir tous noté, nous aurons donc les choses que nous possédons déjà ainsi que ce que nous désirons obtenir. Pour tout ce que nous possédons déjà, il n’y a pas de mal à revoir si l’on peut faire mieux, peaufiner et améliorer. Pour ce qui n’est à notre portée, nous allons tracer le chemin pour l’atteindre.

2: Se voir à travers les autres.

Cette partie consiste à se regarder partiellement comme quelqu’un d’autre. Essayer de visualiser comment les autres nous aperçoivent est un moyen efficace pour s’améliorer. On est de nature à nous pardonner beaucoup de choses et pire, on ne parvient pas à vraiment analyser nos actes tellement on en est habitué. Revoir notre personne d’une manière neutre va nous aider à retrouver les points à railler ou développer.

ma-vie-change

3: Reconnaître ses limites

Les limites sont la vraie valeur qui définit les gens généralement. Il est bien sûr trop important de savoir l’étendu de nos compétences et jusqu’où l’on peut aller. Est-ce qu’on est du genre à abandonner après les épreuves ou manque de résultat immédiat ? Est-ce qu’on est apte de mesurer nos limites et par quel moyen ?

Une personne qui ignore ses limites ne saurait donc ce qu’elle peut réaliser.

4: Sur qui on peut compter

Oui, c’est aussi une question qui n’est pas banale comme semble l’être. En sachant les personnes sur lesquelles on peut compter, on saura d’une part les personnes qui méritent que l’on investisse plus de temps avec et aussi rétrécir notre cercle pour se focaliser sur ce qui important dans la vie.

5: Nos exploits

Il est important d’énumérer ce qu’on a pu réaliser jusqu’à présent, que ce soit modeste ou grand. Aimer une chose est le seul talent qui nous aide à briller, cette question est donc un autre astuce qui nous révèle nos préférences probablement oubliées.

Réaliser son rêve

Réaliser son rêve

Qu’y-a-t’il de mieux que de réaliser son rêve. Tout homme en effet souhaite faire de ses rêves son ultime objectif bien que les circonstances parfois nous empêchent de nous y mettre à fond, ou bien les craintes et les doutes.

La seule certitude à affirmer avant de présenter la liste des étapes est que l’on ne peut dissocier la réalisation du rêve de notre bonheur. On ne continue d’être heureux qu’en ayant l’espoir d’achever ce que l’on désire. Les hommes qui se retrouvent totalement effondrés n’espèrent plus et ne voient un moyen d’aller jusqu’au bout de leurs ambitions.

1: Identifier le rêve

Avec cette première étape, on entend pas dire qu’il suffit d’imaginer quelconque rêve et vous y mettre. Le rêve doit être profond, propres à vous et vous inspire. Même en y pensant, vous devez ressentir une étrange et légère joie qui accompagne cette imagination. On peut par omission confondre un rêve ultime et un souhait. Bien que les deux soient réalisables, le rêve reste plus important à votre personne et exige encore plus d’effort. Ceux qui ont rêvé par exemple de devenir de grands hommes ont passé toute leur vie à le réaliser. Prenez alors le temps d’imaginer votre rêve avec assurance.

2: Matérialiser le rêve

Afin que le rêve se rapproche à nous dans un premier temps, nous devons également nous voir et imaginer dans ce rêve. A quoi nous allons ressembler en le réalisant et serions nous capables de faire tout ce qui est possible pour l’atteindre. Cette étape n’a rien de magique comme la loi d’attraction ou autre théorie du genre, elle nous aide uniquement à construire un état d’âme que nous allons adopter tout au long de notre aventure vers notre rêve.

réaliser-son-rêve

3: Jalonner le chemin du rêve

Ce n’est pas l’étape la plus importante seulement et la plus dure mais en même temps, c’est l’étape la plus passionnante. Pour réaliser son rêve, il faut être réaliste et estimer les choses telles qu’elles sont. Des rêves exigent des années d’études et d’autres un don que nous devons développer. Dès lors, la patience et la volonté sont des armes indispensables pour gagner.

Il faut jalonner les étapes à suivre pour l’atteindre et même solliciter de l’aide sans pour autant oublier les acquis. Par exemple, si l’on souhaite devenir un artiste, il faut apprendre et créer sans doute et ça prend du temps, mais les acquis sont ces petits détails qui vont avec et qui s’apprennent également. Pour cet exemple précisément, il faut maîtriser l’anglais, se cultiver sur l’art avec abondance et même adopter du charisme. Ce sont là des secrets qui créent la différence entre les gens qui marchent vers le même objectif.

4: Continuez

L’erreur que beaucoup de gens peuvent commettre c’est d’abandonner. Si vous aviez bien effectuer la deuxième étape, vous serez vraiment obliger de continuer et transpercer car vous ne vous voyez qu’en réalisant votre rêve. Certes il n’est pas facile parfois d’aller en avant si les entraves sont nombreuses, mais réaliser un rêve c’est être un guerrier qui ne succombe jamais. Imaginez que vous êtes sous l’eau essoufflé et affaibli. Il faut que vous identifiez votre rêve comme cette sortie de l’eau avec cette inhalation de vie de bonheur. Si vous ne voyez ainsi, il faut repenser votre rêve car il ne vous passionne pas autant.

Bonne chance et bûchez fort.

Reprendre sa vie en main

Reprendre sa vie en main

Comment peut-on reprendre sa vie en main.

Souvent, les personnes qui posent la question de prendre la vie en main sont des gens qui n’ont rien de différent ni dérangé. elles sont, pour élucider quelques cas, des personnes qui sont moins concernées par leurs présents et vivent assez souvent avec des regrets inéluctables.

D’autres par exemple n’ont pas cette culpabilité chronique mais leurs vies semblent insipides et ne les satisfont plus tout simplement. Pour les uns comme pour les autres, il faut répondre que la vie doit être vécue pleinement et pour cela, il faut apprécier le présent, planifier le future et surtout apprendre du passer uniquement et non le transformer en perpétuelle torture à nos êtres.

Comment reprendre sa vie en main alors et qu’elles sont les étapes à suivre afin d’y arriver ?

1: Décortiquer l’état actuel

Tout d’abord et avant d’entamer ou envisager quelconque changement. Nous devons nous permettre un léger recul afin de comprendre ce qui nous inspire cette sensation, ce doute ou insatisfaction qui retire toute béatitude de notre vie. Il se peut que nous éprouvons des situations personnelles délicates ou une rupture et cela provoque une forme de dégradation, ensuite la personne sombre généralement et peut se poser la même question, sauf que ce n’est pas la même chose.

Comme le veut la sagesse, lorsqu’on ignore d’où l’on vient, on ignore où l’on va.

Il faut premièrement comprendre notre situation actuelle et ce qui prive notre vie d’être profondément vécue, les entraves qui nous empêchent de faire de grands pas en avant. Est ce que nous détestons par exemple notre travail et nous craignons ne pas trouver de mieux ? Sommes nous incapables de réaliser nos rêves ou bien rien ne nous inspire la joie ?

Il faut sincèrement faire toute une liste de ce qui nous retient renfermer à l’intérieur de cette pensée suffocante, revoir chaque partie et dans la mesure de possible, noter même le cheminement qui vous a mener à ce que vous êtes aujourd’hui.

 

reprendre-sa-vie-en-main

2: Repenser l’actuel et prévoir le changement

Après avoir effectué la première partie, nous nous retrouvons avec tout ce qui nous retient et que l’on doit rejeter.
Il faut alors penser à des alternatifs concrets ou jalonner les étapes pour les achever.

Le remue méninge et vraiment l’étape la plus importante car elle consiste à repenser chaque situation et essayer de prévoir les possibilités qui s’offrent à nous pour les changer et même les supprimer. Si nous sommes par exemple insomniaques à titre d’exemple, il serait judicieux de reprogrammer entièrement notre sommeil et être prêt aux défis du jour au lieu de passer toute la nuit à lire. Certes la lecture est une excellente chose mais elle ne va pas nous être très utile ni corriger le désordre.

Dans la mesure du possible pour reprendre, il faut essayer de retirer le maximum des choses et habitudes qui nous tirent en bas.
Ensuite et en trouvant des alternatifs, il faut essayer de nous imaginer nous même dans notre nouvelle personne.

3: Cibler notre vie

Après ces deux étapes extenuates, il faut se focaliser sur la dernière qui n’en est pas moins. Fixer absolument l’aspect dans lequel on se reconnaît heureux, que ce soit un objectif à atteindre ou autre chose, il faut s’assurer que c’est la voie que nous allons suivre et faire le nécessaire pour y arriver.

Pour conclure, il faut avouer que les objectifs différent. L’un est d’avoir un compagnon que l’on chérit et l’autre devenir un virtuose de violon et parfois les deux. Il faut reconnaître nos capacités et être surtout réaliste. On ne peut devenir un érudit en quelques mois et c’est pourquoi il faut reconnaître les conditions ainsi que la grandeur de nos objectifs, mais plus le défit est grand, la durée large, plus le plaisir est mieux car tout au long du chemin, nous allons apprendre et surtout nous aimer nous même.

Je vous souhaite de ma part bonne chance et courage. Reprenez votre vie en main et vivez pleinement.

Que faire de ma vie ?

Que faire de ma vie ?

Que dois je faire de ma vie ?

A l’instant où l’on se pose cette question précise « Que faire de sa vie » Nous nous admettons que nous avons peur que notre future, qui devient de plus en plus flou et mystérieux, nous dépasse. Nous nous admettons même que la routine et son immobilité que connaît notre vie se transforme d’un comfort pour un fardeau qui nous empêche d’avancer.

Bien que la question paraît spontané et plutôt d’un caractère jobard, elle reste méditée au fond de chacun de nous avant de se présenter à nos consciences. Du même fait, la simplicité est évidente sur cette question, sauf que la réponse n’est pas aussi simple est atteignable.

Pourquoi donc ? Et bien, parce qu’en répondant à cette question, on doit prendre le temps de se connaître soi même, de creuser le fond de nos préférences et s’assurer qu’on va marcher vers la destination qui nous convient et que de passage, tout le chemin de cette quête soit favorable.

que-faire-de-sa-vie

Ce que j’aime le plus 

Il faut dans un premier temps énumérer ce qu’on aime le plus, nos loisirs même si on a jamais pris le temps de les développer. Ce qui nous passionne et toujours un excellent moyen du bonheur, qu’il soit rentable ou pas. Si l’âge et les engagements nous le permettent, pourquoi ne pas prendre le temps d’apprendre ce que nous admirons véritablement.

Ca peut être un instrument de musique comme le développement des jeux vidéos. En vérité, ça peut être plusieurs choses qu’on peut même pas imaginer, et c’est de là que vient l’importance de cette première étape.
Si nous admirons par exemple le football sans pouvoir le pratiquer d’une manière régulière, on peut toujours créer un site web qui deviendra la référence de notre équipe préférée. En fait, il y a une multitude et un large champ de choix et de possibilités mais le plus important c’est de s’assurer de la véracité de notre décision parce que nous allons y consacrer du temps et de l’énergie.

Ce que je n’aime pas 

Voici une partie trop importante que l’on néglige souvent et qui est pourtant indispensable pour notre comfort. Pouvoir railler tout ce qui nous empêche d’avancer. Il est vrais cependant que cette phase et plus délicate car elle réunit des habitudes ainsi que des gens le plus souvent. Si nous avons par exemple un copain qui ne fait que démolir nos rêves et qui ne croit pas en nous, il faut avoir le courage pour prendre un peu de distance. Nous devons au même titre nous détacher de mauvaises habitudes qui nous enveloppent. L’oisiveté est présente entre parenthèse chez tout le monde et seul le degré diffère.

Détachement social 

Pour bien respirer le futur et apprécier l’instant, nous sommes presque obligés de nous retirer pour un peu de temps de notre cercle. Si nous avons la possibilité de voyager et de changer un peu d’air, nous n’allons le regretter.

La science a bien décrit que les gens qui voyagent beaucoup sont assurément des êtres intelligents. Nous ne cherchons pas à le devenir sur cette partie pour deux raisons. La première est qu’une personne qui n’est pas intelligence n’est pas septique et donc vit dans le présent sans être anxieuse du future. La deuxième raison c’est que le voyage dans notre cas a pour objectif de nous isoler, purifier en d’autres terme et nous recharger pour un nouveau défit et aventure.

que-faire-de-ma-vie

Cercle positif

Nous connaissons tous des gens qui ont eu du succès ou qui semblent être très passionnés par ce qu’ils font. Nous devons, pour devenir plus positif et apprendre, essayer de nous entourer de ce genre de personnes.
Croyez moi qu’une personne qui est heureuse ne tardera de partager avec vous son parcours et même son quotidien. Il n’y a pas un secret de bonheur ou réussite et il n’a jamais existé. Nous sommes les seuls maîtres de ce que nous faisons et nous avons toujours la possibilité de choisir et de changer.

D’autres astuces :

Nouvelles musique: en écoutant un style de musique totalement différent au notre pousse notre cerveau à fonctionner autrement.

Livres et nouvelles: La lecture a toujours été le moyen le plus perspicace pour développer l’imagination, et on en aura vraiment besoin.

Santé: Il faut assurément veiller à ce que notre alimentation soit adaptée ainsi que notre sommeil, ce sont là des atouts même.

L’amour échangé: Pas forcément l’amour des films, mais il faut avoir des personnes qui croient en nous et avec lesquelles on peut partager nos ambitions, platonique ou pas, l’amour nous aider à tout défier.

Je vous souhaite bonne chance surtout, croyez à ce que vous faites et n’oubliez jamais de le faire avec passion et amour. C’est la seule clé de réussite.

 

Je n’aime pas les gens

Je n’aime pas les gens

Je déteste les gens point barre !

C’est la réplique que je me répétais tout le temps .Naguère, je me disais que j’ai raison de le faire, et d’ailleurs je ne me trompais pas sur tout, sauf qu’en adoptant cette attitude, je n’arrivais plus à voir le beau dans les hommes. J’ai laissé donc de bons esprits traverser ma vie avec indifférence, quitte à le regretter toujours.

Le dégoût que je portais, pour ainsi dire, pour mon espèce était sans doute l’oeuvre de son malice. J’étais toujours étonné de voir que les hommes aillent tendance à mépriser, calomnier et blesser ouvertement. Tellement je fréquentais souvent leurs caprices, j’allais presque finir par me détester moi même avec cette voix interne qui m’auto-critiquait sans me relâcher, et qui à elle seule, me tourmentait si je n’étais quelqu’un de bien même pour un inconnu.

Je n’aime pas les hommes me disais je parce qu’ils étaient de nature limpide et que rien ne frôlait leurs âmes immuables, parce qu’ils ne manquaient aucune occasion pour ricaner et détester, même les meilleurs d’entres eux éprouvaient cela, à la différence de pouvoir le dissimuler partiellement.

je-naime-pas-les-gens

Je me disais à leurs présences, que les rassembler est peut être le seul pêcher qui mérite d’être châtier. Je n’aime pas les gens me répétais je tout le temps et à toute heure. Je devenais alors de moins en moins social et je me retirais à la solitude, là où seule cette voix interne que j’ai mentionné préalablement me berçait et parfois me tourmentait.

Après avoir adopter l’écart des mortels pour me réfugier dans ma solitude, je pris conscience de plusieurs choses. J’avais le temps à réfléchir et méditer et je fis des hommes ma société tout en continuant à les détester. Je me disais qu’il était impossible que l’on soit à l’image de dieu. J’avais entre temps une idée ingénieuse que nous étions mauvais l’un à l’autre parce que nous étions au vestibule de l’enfer qui nous engourdissait.

Heureusement et après plusieurs années cette voix continua à chuchoter. Certes, elle s’affaiblissait avec le temps et son silence momentané devenait apaisant également jusqu’au jours où l’impétueux réveil me choqua. Je réalisais que ce dégoût des hommes devint général et qu’à force de fuir leur société, je devenais également comme eux, bien pire même, car s’ils étaient mauvais de caractère, rien ne prouvait qu’ils l’étaient entièrement et l’on ne peut juger par un vice tout un homme.

Moi qui étais vraiment pire, je n’aimais pas les hommes jusqu’au point de n’y plus chercher de raison. Si eux trouvaient quelques uns d’inférieurs et les méprisaient. Moi je les classais comme égaux dans mon cœur et détestais abondamment. Je devenais à mon tour mon pire ennemi, l’idée me suffoquait.

Après cette métamorphose entière de mon âme je décidais de me déroger. Je revis tout d’un œil critique et j’aperçus que haïr est probablement le remède le plus venimeux. La mémoire, lourde et obnubilée dans ses premières apparitions à mon âme, commença à m’entourer. Je vis des moments que ces gens aussi mauvais n’étaient totalement des chimères et qu’à mon tort ils avaient plusieurs points positifs. Je suppléais qu’il se peut que nous n’ayons simplement la même sensibilité à l’égard de beaucoup de choses. Qu’au lieu de les détester en silence j’aurais dû leurs avouer les choses que je trouvais, moi et d’autres, de nuisibles. Je vis pour la première fois qu’ils étaient eux même vulnérables et humains, plein de défauts comme de qualités. Je me disais que si moi même je n’étais pas capable de changer, comment oserai-je demander aux autre de le faire.

je-n-aime-pas-les-gens

Je décidais de me détacher de mon abri et mon caractère poltron et je fréquentais de nouveau les hommes mais cette fois-ci avec plus d’humanité. Je réalisais dès lors que j’avais laissé de passage de bons êtres qui se proposaient à moi.

Je continuais en effet à détester d’autres insensibles, au moins c’était justifiée cette fois, et contribuais petit à petit à réconcilier d’autres avec cette sensibilité humaine qu’ils ignoraient apparemment. Je reconnaissais finalement que plusieurs d’entre les hommes n’étaient que l’effigie ouvrée par d’autres hommes, parents, amis ou autre. Que l’homme lui même était innocent fondamentalement et qu’heureusement l’image n’était point éternelle mais susceptible de changer. Je décidai ce jour de détester les habitudes et non les hommes, de railler les habitudes dans la mesure du possible et solliciter l’homme. Je pense que nous devons tous faire pareil.

Manque de confiance en soi

Manque de confiance en soi

Qu’est ce que le manque de confiance en soi et comment le surpasser ?

Pour commencer, je tiens à rappeler brièvement que le manque de confiance n’est pas une explication de notre personne. C’est uniquement notre perception des choses. Et s’il est vrai comme le veut le bon sens, nous sommes susceptibles de nous tromper à plusieurs niveaux.

Nous n’avons confiance en nous uniquement parce qu’on se mesure à d’autres personnes, cela fait sans ne jamais prendre le temps de considérer les circonstances qui ont œuvé chaque personne. Autrement dit, on rétrécit notre vision pour ne voir que des instants tout en ignorant la grande histoire.

Pourquoi est-il important de corriger cette définition j’entends déjà ? Simplement parce que nous avons et nous aurons le temps de nous conditionner et conditionner surtout notre présent pour créer nos propres circonstances afin de gagner bout à bout la confiance en soi.

Je n’ai pas confiance en moi, pour donner un exemple, car je ne sais aborder les femmes ni les plaire. Ce manque de confiance a était déclenché certes par une situation qui devait normalement être dépasser. On va trouver que notre attitude est liée à un ou deux refus. On aurait dû instantanément comprendre que notre approche était mauvaise, que nous étions peureux ou que nous avions choisi le mauvais temps pour le faire. Au lieu de ça, on se replie et on se répète qu’on est nul, tellement cette phrase se répète qu’elle devient une vérité pour notre inconscience et qui finit par gagner toute notre personne.

manque-de-confiance-en-soi

Pour surpasser le manque de confiance en soi, on doit assurément passer par une conciliation entre les circonstances ainsi que nos erreurs et le réel, car avouons le, on en est loin.
Il faut donc prendre le temps de desceller notre manque de confiance en soi, le mettre à jour sans craindre d’éveiller des instants qui nous ont blessé. Si l’une des causes était uniquement les circonstances que nous éprouvions, il sera facile de la surpasser, si d’autres sont liée à des erreurs ou échecs commis, il faut simplement reconnaître que nous ayons tort, qu’on aurait dû faire mieux et ne pas en rester là mais essayer changer les choses si c’est toujours possible.

Cette positivité envers notre propres personne est trop importante car en semant un acte, on récolte une habitude.
Après que la réconciliation soit accordée, nous allons nous retrouver avec un autre œil, enfin nous même et tout nouveau. C’est une deuxième chance que l’on s’offre à nous même. Bonne chance à vous tous