Archives de
Étiquette : bonheur

Vivre seul et heureux

Vivre seul et heureux

Toute personne peut se demander un jour comment l’on peut vivre seul et heureux. Si pour les uns la question se pose suite à une situation difficile ou rupture par exemple, pour d’autres, c’est uniquement la manifestation de leur nature plutôt solitaire et c’est ce que nous allons détailler.

Ce qui est à savoir

Si l’on cherche à vivre seul et être heureux c’est qu’on est de nature introverti. Malheureusement, plusieurs personne confondent être introverti et être timide, voire même avoir une phobie sociale. Une personne introvertie ne supporte pas simplement le vacarme et préfère lire un livre au lieu des soirées bruyantes. On pourrait s’étonné même à savoir que les introvertis qui préfèrent vivre seuls sont heureux. Si la science nous apprend quelque chose à ce sujet, c’est que le cerveau des personnes introvertis traitent de la même façon les gens et les objets sans préférences et contrairement aux extravertis qui ne sont comblés qu’en étant entouré de gens.

Il y d’autres personnes qui estiment que vouloir vivre seul et heureux provient d’une arrogance chez ces gens, que c’est un complexe de supériorité ou que c’est lié uniquement aux premières confrontations socials qui avaient échoué.

Il faut rappeler que vouloir vivre seul et heureux n’est ni arrogance ni maladie. Qu’être introverti n’est pas ce que les mythes nous disent, que c’est tout à fait naturel et que finalement un introverti sociabilise facilement, simplement il préfère rester seul.

vivre seul et heureux

Ce qui est à faire

Vivre seul et heureux fait partie de la nature des gens introvertis, sauf que parfois ont se retrouve dans la situation de vouloir de la chaleur humaine. Il faut surtout ne pas rejeter cette idée et la chasser si elle se présente à nous parce qu’elle est également naturelle et provient d’un besoin, rare chez les introvertis certes, mais qui reste naturelle pourtant.

Si l’on vit seul, on ne doit pas pour autant s’abandonner dans la routine ou l’indifférence. Il faut se permettre de temps à autre de se gâter et de mener sa vie en avant. On doit par exemple prendre le temps de considérer réellement ce qui nous rend plus heureux, essayer de suivre nos pentes et intuitions.

Il faut également prouver à soi même plus d’amour et d’attention. Par exemple, apprendre de la cuisine pour se servir plus de délice, savourer l’instant présent et surtout y profiter. Quand on vit seul, notre temps n’est pas partagé et l’on peut se consacrer à toute chose, pourquoi donc ne pas en profiter à fond.

Chose que l’on peut oublier et que l’on trouve exténuante même. Prendre une passion et la cultiver. Le temps qu’on y consacre est vraiment un temps agréable.

L’essentiel c’est de rester optimiste et positif. C’est un choix de vouloir vivre seul, mais que ça soit un choix qui nous rend meilleur et heureux.

Comment être heureux ?

Comment être heureux ?

La question de comment être heureux n’est pas tout à fait nouvelle bien qu’elle se présente à notre esprit d’une manière moins explicite et même avec différentes compositions. On ne se demande pas comment devenir heureux par exemple, par contre, on se dit que l’on est pas tout à fait comblé et que notre vie n’est pas reluisante, ce qui revient en même.

Le plus intrigant dans la notion du bonheur c’est qu’elle peut être totalement détachée de tout ce qui est matériel. Résidant aux cœurs des hommes, le bonheur reste la quête de tout le monde et chacun y creuse son propres chemin.

D’un point de vue scientifique, le bonheur diffère du plaisir ou désire, suivant ainsi une structure qui implique la serotonin, mais le plus important dans ces recherches, c’est que l’on peut s’entraîner à devenir plus heureux tout en mentionnant finalement que le bonheur participe au développement de notre système immunitaire.

Je ne m’étalerai pas sur tout ce qui est science pour ne pas dévier de la thématique du blog et je vous rassure qu’il suffit d’effectuer une recherche sur la relation entre bonheur et la science pour en savoir plus. Vous serez content d’apprendre qu’être heureux ne changera pas uniquement votre mental et vous submergera de béatitude, mais c’est également génial pour votre santé.

La notion erronée du bonheur !

On peut tous confondre bonheur et plaisir par exemple ou d’autres sensations du genre. On croit d’ailleurs que le bonheur c’est de se sentir mieux tout le temps et partout, pire, notre société actuelle nous laisse penser que le bonheur c’est d’être riche et pouvoir acheter tout ce qui existe ou parfois que c’est un mode de vie.

Ce sont des notions qui ne définissent pas correctement le bonheur qui reste toujours difficile à comprendre pour sa variété, subjectivité et chacun peut l’achever à sa manière.

comment être heureux

C’est quoi le bonheur ?

Les recherches nombreuses et diverses suggèrent que le bonheur est en effet une combinaison de plusieurs critères. Cependant, deux d’entre ces critères se répètent chez tous les gens qui vivent le bonheur.

Le premier c’est comment l’on est satisfait de notre vie et cela réverbère la subjectivité du bonheur .Ca peut être par exemple l’assurance dans nos relations, notre travail que l’on chérit, être avec la personne qu’on aime et j’en passe.

Le deuxième c’est la satisfaction que l’on ressent chaque jour, le sentiment d’être entouré des gens qui nous respectent ou d’avoir au fond de soi un rêve qu’on ne marche chaque jour que pour l’achever.

Le bonheur est finalement ces deux piliers et auxquels nous pouvons ajouter autre choses. Il n’est jamais difficile d’achever le bonheur car il est plus modeste que l’on peut imaginer. Le bonheur, pour le dire en d’autres termes, c’est la réconciliation entre notre quotidien et nos exploits. Il n’y a pas de mal à désirer encore plus, à vouloir se surpasser, mais vouloir aller en avant exige quand même que l’on soi en accord avec ce que nous sommes. Etre heureux va nous aider à parcourir les expériences les plus difficiles avec une objectivité qui nous permet de toujours trouver le meilleur dans les pires situations.

Trouvez le bonheur, il est aussi prêt que vous ne le croyez. Je vous souhaite bonne chance à tous et à toutes.

Premier voyage – Chapitre 1- La routine

Premier voyage – Chapitre 1- La routine

La routine

C’est une chose qui finit par achever même les plus nobles des disciplines pour y soustraire toute beauté. La routine est peut être notre pire ennemi, mais si l’on considère l’autre perception, moins naturelle mais pourtant pensée, la routine est ce moteur qui nous pousse à découvrir de nouvelles choses, d’apprendre davantage, et si on lui accorde ce trait, voilà qu’elle devient nécessaire à notre évolution. Peut être que j’essaie de voir le beau partout et que la routine est fatale à notre bonheur.
Je me rappelle la première fois que j’aie manifesté contre cette routine d’une façon extraordinaire. Ce fut en 2009. Toujours jeune bien que mon visage était couvert de poils. Je ne trouvais aucun moyen pour m’apaiser dans cette chaleur d’été et ces vacances chez moi. Les piscines, plages et terrasses, les soirées devenaient fatigantes également. Je fis deux jours dans la province et c’étaient avec des amis. Je me disais avant d’entreprendre ce bref déplacement que cela allait m’aider mais je réalisai aussitôt que ce n’était le cas. Certes les murs et l’odeur différaient, sauf que les gens étaient les mêmes. Si j’échappais enfin à ces dessins qui m’entouraient chez moi, j’avais à mes côté un ami par exemple qui faisaient les mêmes lectures, les mêmes analyses pour de différents paysages.

quefairedesavie
Je compris alors qu’à présent, vingt ans après la routine, que j’ai changé sans le savoir intérieurement et qu’au milieu du changement, quelque chose en moi bougeait à peine, ou simplement essayait de bouger. Je voulais simplement de me découvrir, vivre sans l’identité que je portais jusqu’à lors, être un autre, un inconnu dans une ville, un charmant pour l’une et un mystère pour un autre passant. Je voulais simplement me découvrir.

J’avais peur, moi qui n’avais voyagé qu’en famille ou amis, j’ignorais quelle ville choisir mais je savais que mes parents pouvaient me le refuser, sûrement même. En fait, mes parents me considéraient toujours comme enfant et je détestais même cette attitude parfois sans ne rater aucune occasion pour leur prouver le contraire.

Une fois de retour à la maison, j’avançais sans préambule ma décision de partir seul à Essaouira. Mon père en souriait même, perdait son regard sur son journal à peine pris si je me rappelle bien, mais son regard retomba sur moi quand je confirmai mon intention, que j’avais besoin de son approbation et assurément un peu d’argent. Il cessa de sourire et je souriais à sa place cette fois ci. J’ignorais ce qu’il pensait à cet instant, mais d’après sa réaction, je déduis qu’il avait tout compris et que probablement, il en était là un jour devant son père.
Tu veux te découvrir disait il. Je sursautais de joie sans le manifester car il fallait rester homme devant lui, j’appréhendais, et il me donna la permission et pour ce qui était argent, il préférait le reporter jusqu’à ce que je lui disais la destination et la durée car il voulait, disait il après mon retour de 10 jours de voyage, qu’il souhtait que je sois responsable et que j’ai confiance en moi. Il me proposait même un défit.. A suivre

 

Que faire de sa vie ?

Que faire de sa vie ?

Que faire de sa vie si l’on y trouve pas de sens !

Une question assez souvent abordée dans les cafés comme sur les forums et blogs. Tellement cette question de, Que faire de sa vie, se répète qu’il semble que peu d’entre nous y trouvent de réponse. Mais commençons par le commencement.
Il y a une multitude de chemins qui mènent à cette même question. Il y avait une réponse à chacune d’entre elles sauf la nôtre, qui n’est animé que par la curiosité et parfois l’anxiété qui devient depuis un temps la maladie de notre siècle.
Pour les absurdistes par exemple, commençant par kierkegaard pour finir avec Albert Camus, la réponse était toujours la révolte que l’homme doit porter sur son destin. Pour les existentialistes de Nietzsche à Jean paul sartre, il suffisait de trouver un essence à sa vie et je ne m’étalerai pas sur le reste pour garder mes pentes à moi seul. Mais notre questionnement n’a pas d’arrières philosophiques ou médités, il ne naît que de notre quotidien immobile généralement, et se nourrit de notre angoisse du future qui accompagne nos jours.

que faire de sa vie
Notre vie nous appartient et partiellement appartient à ceux qui nous aiment. Mais comment faire pour l’embellir davantage ?
Avant de se poser la question pour prendre sa vie en main. Il faut poser toute une autre, et celle là doit se présenter sous forme de séquence d’images. Quels sont les instants de vie que nous savourons le plus? quand est ce que nous sommes si heureux que l’on ne peut nous défaire d’un certain instant. Nos talents, et si nous pensons ne pas en avoir parce-que nous n’avions jamais pris le temps de les développer, on réfléchit à ce qu’on admire le mieux. Lire ou regarder un film, est-ce la musique qui nous charme?

La réponse à cette question va venir d’elle même car si on aime la musique, on doit apprendre à la pratiquer dans l’une de ses innombrables formes, si c’est le cinéma, pourquoi ne pas étudier l’éclairage cinématographique ou bien s’inscrire au théâtre.

Ce ne sont pas là de simples détails, mais la moitié de la réponse à notre question de « que faire de sa vie ». Cependant, l’autre moitié dépend également des possibilités qui s’offrent à nous ou si on excelle une chose précise, nos préférences et nos tendances, car on ne peut savoir que faire de sa vie si l’on s’ignore nous mêmes.

Que faire de sa vie ?

Pour conclure. L’unique réponse qui s’impose est : LA VIVRE, et Pleinement même car nous avons doublement la chance. La première c’est d’exister, la deuxième c’est de vouloir l’accomplir de la façon la plus sublime. Prenons le temps, voyageons et respirons assez. Je vous souhaite bonne chance à vous tous, et si vous trouvez un conseil n’hésitez pas à le partager avec nous autres, qui veulent également et vraiment vivre.