Comment attirer une fille.

Comment attirer une fille.

Comment faire pour attirer une fille ?

Nous avons pris l’habitude entre hommes d’aborder la femme avec autant de complexité qu’elles même se trouveraient surprises devant ce que nous avançons. Certes nous avons des amies, mais quand on parle d’une gente dame qui nous charme, toute notre perception de la femme se métamorphose.

Au début, moi également entrain de me poser la même question, comment attirer une fille, je me retrouvais sur le web avec toutes des théories et des schémas, des mots clés que l’on apprend jamais par cœur et surtout des complexités souvent, vu les hommes mannequins que l’on met sur les blogs.

J’ai commencé par la première théorie et qui consistait à devenir mystérieux, je devins même le plus mystérieux des hommes. Celle qui me charmait ainsi que le reste du cercle m’avaient pris pour un dépressif dans les meilleurs cas, et surtout un bipolaire parce que je devais être moi même et à la fois devenir l’homme mystérieux.

Après une semaine avec une tête drôle, j’ai compris que le mystère ne marchait que s’il est notre caractère naturel.
J’ai enchaîné ensuite avec la méthode la plus difficile et la plus fascinante d’ailleurs, celle de séduire son amie. La personne qui avait écrit cette théorie était un vrai maniaque car j’ai failli y perdre raison. Il fallait, comme était écrit, qu’on attire son attention et entre toutes les façons et possibilités qui s’offrent, il choisit celle-ci.

Le plus étonnent était ma détermination car j’ai fini par aborder l’amie de ma charmante dulcinée. L’étonnement se décupla quand elle me répondit avec un sourire presque ironique et me dit mot par mot « Eh tiens, on croyait que tu adores Sofia »

comment-attirer-une-fille

J’étais honnêtement tout rouge car on me faisait remarquer que mes tentations étaient évidentes, qu’on savait depuis longtemps que je suis intéressé par cette personne, moi qui se croyais jusqu’à lors inaperçu.
Elle continuait de sourire et marchait loin de moi, et cette nuit quelque chose en moi me forçait à l’insomnie.

Mon jeu est dévoilé me disais je. Elles le savent me tourmentais-je encore plus. Que fallait il faire à présent. Pas besoin de prétendre être mystérieux cette fois-ci, car il m’était clair que j’allais le devenir.

Je fuyais alors les regards de tout le cercle les jours qui suivirent et étais motivé pour continuer à le faire. Après le cours de philosophie que je détestais malheureusement à cette époque, je tardais à sortir sans une raison précise, une fois levé, le visage crispé et les yeux maladivement creusés, je reposais mes yeux naturellement sur la porte pour croiser son visage et précisément son regard aussitôt rangé après avoir coïncider le mien.
Certes c’était du hasard et du bon même, quoique j’y cherchais une explication, ce qui me coûtait une nuit blanche de plus ou presque.

Je devais me justifier à moi même, surtout pour les amis en communs que nous avions et auxquels je n’avais dit mot à ce sujet, après tout, j’étais quelqu’un de mystérieux au fond.
Lundi à première heure, j’avançais, hésitant mais portant avec moi la conviction mûrit les jours qui précédaient. Après cours j’étais cette fois le premier à gagner la porte au couloir et le seul à marcher jusqu’au coin où elle avait l’habitude d’habiter après cours. Je restais là presque une minute et je me rappelle par détails quand elles arrivaient elle et ses amies. Je m’en rappelle car j’étais essoufflé et trop agité. On pouvait facilement remarqué leur marche qui s’immobilisait en me voyant là et qui reprit mais avec moins de spontanéité.

Leurs visages et surtout celui de ma dulcinée n’étaient moins blêmissant que le mien, elles cherchaient en vain une coordination impossible vu cette surprise dont j’étais auteur. J’étais là, après un an de regards volés. Je prononçais son nom et lui informais que je tenais à lui parler, son amie que je voulais naguère séduire nous offrait un sourire à nous deux et regagnait le couloir avec une autre dont le nom et la mémoire m’échappent. Je compris une fois seuls qu’elle était plus timide que moi, qu’elle n’avait plus son air libre qui se manifestait auprès ses amis, que nous deux, à ce moment précis, on était égaux.

comment-attirer-une-fille

Heureusement que la civilité ne me trompait et je commençais par lui demander si elle allait bien, et confirmait et se tut, se rendit compte, et reprit qu’elle n’aimait pas la philosophie. Je souriais le plus honnêtement et lui avouais que je partageais ce mépris des grands hommes d’esprit. On parlait ensuite du professeur qui n’oubliait rien, et beaucoup d’autres choses. Après achever maladroitement les trois minutes et les sujets qu’on abordait dans ce genre de situation, je pris un air plus sérieux mais toujours jovial, autant que je le pouvais pour être franc, je lui avouais ouvertement que je la trouvais charmante et qu’elle avait une façon très spéciale de sourire, qu’elle m’offrait d’ailleurs juste après cette révélation, rassuré, je continuais que son amie, personne estimable décidément, ne suscitait rien en moi et que c’était une technique trouvée sur internet. J’avais même énumérer les sites que je parcourais alors pour l’aborder et elle se mettait à rire.

Ce fut la première fois que je la contemplais de si prêt, son rire, tellement prêt que j’entendis la voix qui l’accompagnait.
Elle m’informa qu’elle me trouvait drôle et qu’elle savait que je portais quelque chose pour elle. La suite est plus intéressante car on était ensemble sans délai.

Pourquoi ai-je partagé ma modeste expérience ici d’après vous et à quoi sert elle ?

Simplement pour vous rassurer qu’être soi même est la clé d’attirer, de charmer. Certainement il n’y a pas de mal à apprendre une langue étrangère, un instrument ou surtout être cultivé, ça aide énormément, mais il faut rester soi même. Si on est vraiment attiré par une fille, il suffit d’être honnête et spontané, le lui dire le plus honnêtement possible. Si cette méthode marche autant que les autres, elle a l’avantage de durer car on ne prétend pas être quelqu’un d’autre pour enjôler et séduire uniquement.

Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire cette partie de moi et la suite et je vous souhaite bonne chance à vous tous. Soyez vous même

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *